:: Rencontre inattendue et mauvais souvenir
  -  


 Index du Forum


 Se connecter pour vérifier ses messages privés 

 FAQ   Rechercher   Membres 

 Profil         Connexion 
 
Rencontre inattendue et mauvais souvenir

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Ken'kestu : Sekai in'ki . la capitale -> Quartier Hito -> Le square
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Dymnos Nárkissos
Humain Lunatique

Hors ligne

Inscrit le: 20 Juin 2008
Messages: 31
Localisation: Paris, 92
Métier: Cavalier d'Alexandre
Vampire de :: ...
Humain de :: Morten

MessagePosté le: Lun 29 Sep - 18:06 (2008)    Sujet du message: Rencontre inattendue et mauvais souvenir Répondre en citant

Je cours dans les rues de cette ville infâme. Je ne sais pas où je suis, je ne sais même plus qui je suis réellement. Je percute plusieurs personnes. Je ne me retourne pas pour m’excuser, ce sont tous pour la plupart des monstres comme cet homme qui m’a acheté. Je me suis enfuit de son domaine juste après qu’il met mordu. Je saignais de mes deux plaies causées par les loups mais aussi de sa morsure.

Je tournai brusquement sur ma droite pour entrer dans un jardin publique. Je traversai rapidement plusieurs parterres d’herbes et de fleurs puis je gravis une colline. Je ne sais plus où je suis, le soleil ne peut me guider, il est comme absent…


Je tourne sur moi-même pour voir où je peux aller, où je peux fuir mais la pénombre de la nuit m’aveugle. Je tombe alors au sol, désespéré… Le démon avait raison, je suis pitoyable…
Mes bras enlacent ensuite mon corps transit de froid. Je m’allonge peu de temps après sur le sol humide. Je tremble comme une feuille alors que je me positionne en boule.

Je murmure de faibles prières que mon oncle a eu le temps de m’apprendre. Je donnerais tout pour retrouver ma tente, notre camp…
Mon ventre cri bientôt famine. Mes mains se plaquent sur lui comme pour le calmer.


J’ai faim, j’ai froid, j’air peur… Dieux, je ferais tout pour que vous me laissiez tranquille, pour que vous arrêtiez de me tourmenter ainsi. Qu’ais-je bien pu vous faire pour que votre humeur noir se tourne vers moi ?

Du bruit se fait entendre au pied de la colline. Je me redresse rampe vers l’autre coté. Mais deux silhouettes se découvrent déjà. Je me stoppe et les fixe, allongé et dressé sur les coudes. Je recule en les voyant s’approcher de moi. Une pierre attire mon intention, je la saisi et me relève rapidement.

-Par Zeus, ne vous approchez pas !

Mais l’un deux qui a l’air plus grand s’approche encore en tendant la main vers moi. Je lève la pierre comme pour le menacer.

« Crois-tu que tu m’impressionnes fils d’Amaryllis… Lâche cette pierre avant de te blesser. »

Je connais cette voix ?! Ou alors comment connaitrait-il le nom de ma mère ?
Il continue toujours à avancer… je l’avais prévenu !


J’abats violement la pierre sur lui. Le coup tombe sur son épaule. Il crie de douleur puis il prononce mon nom. Il s’effondre ensuite a terre. C’est à ce moment là que j’aperçois son visage…
Un visage fin et androgyne, la peau très claire et de longs cheveux de jais.


-Seigneur Tsuki ?! Est-ce vous ?

Je m’agenouille près de lui en jetant la pierre derrière moi. Je cherche à voir un peu mieux son visage puis quand nos yeux se croisent mon sang se glace…

-Seigneur ! Mais que faites-vous ici ? Pardonnez-moi votre excellence…

« Dymnos… je te pardonne, tu dois être tombé bien bas pour te retrouver ici, seul alors que les miens rodent pour trouver de la chair fraiche… Et oui, je vis ici. Mais ! Il faut marquer cette soirée par une croix blanche ! Ikedori ?! Approche-toi, n’ai crainte : voici Dymnos, un garçon très lié à notre bon Alexandre ! »

Je lève la tête vers la deuxième silhouette. Est-elle comme moi ? Perdue dans ce monde de démons et de magie ?
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Publicité






MessagePosté le: Lun 29 Sep - 18:06 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Ikedori Dorei
humain qui sait où est sa place....

Hors ligne

Inscrit le: 26 Jan 2008
Messages: 18
Humain de :: tsuki akuryou

MessagePosté le: Ven 7 Nov - 19:02 (2008)    Sujet du message: Rencontre inattendue et mauvais souvenir Répondre en citant

Aujourd’hui je suis sur un petit nuage, ça fait quelques mois que j’appartiens au Seigneur Tsuki et pour la première fois il m’amène avec lui en ville.
 
Je souris alors que je me prépare, cette fois il n’y a rien d’officiel dans ses déplacements, il a pris quelques jours de vacances, enfin si on peut dire, et cette journée est consacrée à la visite de la capitale, je devrais dire à la découverte de la capitale.
 
Depuis mon arrivée nous ne sommes sortis qu’une seule fois de son château, pour aller dans cette prison lugubre sauve cet humain et depuis plus rien.
Sauf la promenade journalière dans le parc ou la visite d’un nouveau couloir ou pièce du château.
 
Je suis resté à ses cotés lui offrant mon sang et mon amitié à chaque fois qu’il le désirait. Mais aujourd’hui….
 
Voilà nous sommes en ville, le temps est comme toujours à la limite de la nuit, je me suis fais à cette pénombre perpétuelle. Mais je peux dire que la journée est belle, si j’étais encore sur Terre j’aurais dit d’elle : ensoleillée et agréablement tiède.
 
Notre promenade nous emmène dans un nouveau quartier. Ici mon Maître n’est pas le bienvenue, et devant les regards hostiles j’ai fini par demander pourquoi. Il m’a gentiment expliqué que nous étions dans le quartier des humains. Sa race est tolérée en extérieur des bâtiments et seulement parce que certain « calice » encore jeune ne supporte pas d’être séparer de leur « Kurayamis » de plus de quelque pas.
Je n’ai pas très bien compris ce qu’était un Calice, mais il m’a dit que mon attitude pouvait passer comme telle. Il est vrai que depuis que nous sommes ici, j’essaie d’être au plus près de son corps, et quand il ne me tient pas par la taille, je m’agrippe à son bras ou à sa main comme une moule à son rocher.
 
Je lui ais souris et je suis repartis dans la contemplation de la ville.
Quand je pense à Babylone, je me dis qu’elle est bien petite par rapport à Sekai in’ki.
 
Alors que nous traversons une pelouse et que mon Maître m’entraîne à grimper sur une colline au milieu d’un grand parc, je sors de mon euphorie en l’entendant parler ma langue. Mais ce qui m’étonne encore plus c’est le nom qu’il emploie : « fils d’Amaryllis… »
Je me sens comme paralysé et mes pensées s’entre choquent :
 
* un compagnon du Roi des Rois est ici ? Par Zeus il ne peut être qu’esclave. Comment peut-il vivre ça ? Eux qui connaissaient les plus grands honneurs ? * 
 
Mais soudain je vois mon Maître comme trembler et il tombe à genoux devant moi, je ne me retiens pas et cris :
 
« Non ! Maître ! »
 
Je suis à son coté et regarde son épaule, le riche tissus est déchiré et du sang s’écoule de sa chair. Je frémis devant ses blessures et encore plus quand il essaie de bouger. Je murmure :
 
«  Maître ne bougez pas, s’il vous plait ! »
 
Mais lui a une autre idée et me présente celui qui l’a blessé et encore pire il lui pardonne moi pas. Je ne l’écoute plus, j’ouvre le col de ma veste ainsi que ma chemise, je me penche sur son oreille et lui murmure doucement :
 
« Plus tard, Maître buvez ! Vous soigner est plus important que cet homme. »
 
Je rapproche mon cou de lui et lui ouvre la voie en attirant ses lèvres sur ma peau.
 
Une fois qu’il a bût ce qu’il lui fallait pour guérir, je lève mes yeux sur l’homme à coter de nous. Dans ma rage de savoir qu'il a été blessé, même si maintenant Maître Tsuki est guéri, je me retourne pour faire face à celui qui a osé cet acte. Je lui lance avec toute ma haine :          
 
« Un peu importe le rang, vous autres guerriers vous ne savez qu’apporter la désolation ! Il ne vous avait même pas provoqué ! Quel acte de courage ! Oui vraiment ! Il venait vous apporter son aide ! »  
 
Je le regarde droit dans les yeux jusqu’à ce que la voix calme de mon Maître me parvienne et qu’il me présente Dymnos. Je rougis devant ce regard à la fois si fier mais aussi si perdu. Je me sens un peu comme un enfant qui a fini sa colère et lui demande :
 
« Pardon, je suis désolé. Je vous connais ? »
 
Je le regarde avec attention, sa tête me dit bien quelque chose son nom aussi mais je ne le vois pas près de mon Roi… Bizarre pourtant Maître Tsuki le connaît…


_________________
Revenir en haut
Tsuki Akuryou
Kurayami

Hors ligne

Inscrit le: 19 Jan 2008
Messages: 28
Localisation: Dans les bras d'un ange...
Métier: en TL
Vampire de :: Ikedori
Humain de :: J'ai plutôt l'air d'

MessagePosté le: Lun 10 Nov - 17:10 (2008)    Sujet du message: Rencontre inattendue et mauvais souvenir Répondre en citant

« Un peu importe le rang, vous autres guerriers vous ne savez qu’apporter la désolation ! Il ne vous avait même pas provoqué ! Quel acte de courage ! Oui vraiment ! Il venait vous apporter son aide ! »

Je regarde surpris mon petit Ikedori. Je ne l’ai jamais vu aussi en colère, lui qui est calme et discret… Dymnos a l’air aussi surpris que moi. Je sens sa peur, sa crainte et son esprit si perdu.
Je me lève et les sépare avant que l’instinct guerrier de Dymnos se réveille encore une fois.

Ikedori se calme enfin.


« Pardon, je suis désolé. Je vous connais ? »

Je souris puis j’enlace mon petit ange par derrière et pose mon menton sur le sommet de son crâne.

-Oui bel ange, vous vous connaissez… Dymnos était le garçon d’écurie qui s’occupait de Bucéphale et il était aussi membre de la cavalerie de ton ancien maître.
Dymnos, voici Ikedori : l’esclave d’Alexandre… Mais dit-moi que fais-tu ici ?


Dymnos baisse subitement la tête. Quelque chose vient de se passer dans sa tête. Je me dégage d’Ikedori et attrape le jeune macédonien par les épaules. Il essaye de fuir mais je ne le laisse pas faire et l’étreint. Nous tombons à terre, je ressens sa douleur, elle est si forte, si horrible… Je le berce tout en lui murmurant que je ne lui ferais aucun mal. Il ne va pas pleurer, il est comme Alexandre : trop fier de lui pour montrer ses faiblesses.

-Tu n’es plus en Macédoine, calmes toi… Où vis-tu désormais ? Que fais-tu dehors alors que c’est si dangereux pour toi ?

-Je… Je me suis enfouis… Il voulait… Il m’a mordit et y’a eut cette chose… Je ne veux pas. Je ne peux pas…

Est-il tombé sur un vampire qui voit les humains que comme une réserve de sang et un trou dans lequel il peut se déverser ? Je resserre un peu plus mon étreinte autour de des épaules de Dymnos.
Je soupire et fait signe à Ikedori de s’agenouiller près de nous. Il s’exécute, je crois qu’il est troublé par la détresse de ce pauvre garçon. Ca sera dur mais il faut que Dymnos apprenne à être un esclave et la seule personne à pouvoir le raisonner n’est autre que mon bel ange chinois.


-Mon ange… Dymnos a sans doute était acheté par l’un de mes semblables… Malheureusement tous ne sont pas aussi doux et ouvert que moi… Je connais bien Dymnos, par le biais de son frère, il n’est pas fait pour obéir aussi facilement et il a eu une vie trop difficile. Trouve les mots, pour le raisonner…

Je pose alors ma main sur la joue de mon bel esclave et la caresse tendrement.

-Ikedori, mon amour… Si Dymnos fugue encore, il risque sa vie dehors et risque de mettre très en colère son maître… Le vampire qui l’a acheté est le seul à pouvoir le protéger, à lui donner un toit ou dormir. C’est désormais sa seule famille. Parle-lui d’Alexandre, de ses gestes tendres avec toi, rassure-le...

Je sens frissonner Dymnos contre moi. Je remets ses cheveux derrière ses oreilles et fais glisser ma lourde cape sur ses épaules.
_________________
o°O°o°Oo°O°o°O°o°O°o°Oo°O°o°O

Si tu veux éviter la douleur, ne possède rien dont la perte puisse t'afliger...

Ose faire du mal à mon humain et je te tue. Est-ce clair?

o°O°o°Oo°O°o°O°o°O°o°Oo°O°o°O
Revenir en haut
MSN
Ikedori Dorei
humain qui sait où est sa place....

Hors ligne

Inscrit le: 26 Jan 2008
Messages: 18
Humain de :: tsuki akuryou

MessagePosté le: Mar 11 Nov - 19:25 (2008)    Sujet du message: Rencontre inattendue et mauvais souvenir Répondre en citant

Je suis calmé, je suis dans ses bras. Il me retient contre lui comme s’il avait peur que je me batte… Je souris en moi-même, j’en suis bien incapable, surtout  face à un guerrier du Grand Roi. Je ne peux plus appeler Alexandre mon maître, puisque Mon Maître est là et il me tient dans ses bras.
 
Et voilà ! Il me laisse pour lui. Une sorte de rage se fait en moi, c’est Mon Kurayamis l’autre n’a pas à y toucher. Je rougis car je me découvre jaloux de mon Maître. Depuis quand un esclave ose-t-il demander l’exclusivité de son maître ?
 
Alors que je suis perdu dans mes pensées et mes sentiments, maître Tsuki me fait signe de les rejoindre. Ce geste me calme et me rassure. Il ne m’oublie pas pour un autre.
 
Je me décide enfin à regarder pour de bon cet autre qui prend l’attention de maître Tsuki. Je remarque que oui il a besoin d’aide. C’est un peu penaud que je concentre sur la conversation entre eux.
 
Mon Maître est vraiment un être exceptionnel. Il donne de doux nom au pauvre esclave que je suis. Moi un ange ? Je rougis de confusion, mais l’écoute avec application. Alors que je cherche déjà comme aider mon compatriote, me revoilà déstabiliser par mon Seigneur.
 
Je le regarde avec de grands yeux et cherche son regard si envoûtant. Cette fois je murmure que pour lui :
 
« Seigneur vous-êtes vous rendu compte de ce que vous dites à un esclave, à votre esclave ? M’appeler comme ça ? Je ne suis pas digne d’être votre « Amour » mais pour vous oui je vais essayer de raisonner, d’expliquer à Dymnos ce qu’est être esclave. Même si je me doute qu’il le sait déjà il en possédait au Palais. Mais il est vrai aussi que ce fier soldat est bien loin de tout ce qu’il connaît, peut-être que mon aide pourra lui servir. »
 
Je souris à mon Souverain et me tourne vers Dymnos, qui n’étant pas habillé comme il faut pour ce monde est transi de froid. Mon Seigneur très généreusement lui offre son manteau et la chaleur de ses bras.
 
En voyant ça j’ai encore une fois un pincement au cœur, et comme enfant je boude un peu et pense :
 
* Et moi ? Tu me laisses trembler ? *   
 
Je secoue la tête et retourne à la conversation. Je m’appuie un peu sur l’épaule de mon Maître et me penche vers cet homme.
 
Je cherche sur son visage si je l’ai rencontré, je fouille dans ma mémoire pour essayer de me rappeler son attitude envers moi. Je soupire, il n'y a rien de significatif dans mon esprit. Maintenant je le reconnais mais à part quelques rencontres rapides dans les écuries ou sous les tentes un soir après une bataille, nous n’avons dût échanger que quelques mots dans toute notre vie.
 
Je soupire doucement et demande d’une voix calme et obéissante :
 
«  J’obéirais Maître, mais lui veut-il de mon aide ? »

Pour la première fois de ma vie je fixe ce compagnon du grand Roi dans les yeux et j’attends sa réponse. 
_________________
Revenir en haut
Dymnos Nárkissos
Humain Lunatique

Hors ligne

Inscrit le: 20 Juin 2008
Messages: 31
Localisation: Paris, 92
Métier: Cavalier d'Alexandre
Vampire de :: ...
Humain de :: Morten

MessagePosté le: Dim 16 Nov - 19:18 (2008)    Sujet du message: Rencontre inattendue et mauvais souvenir Répondre en citant

Je repense encore à ce qui c’est passé. Ce monstre qui qu’il soit m’a sauvé la vie, je serais mort déchiqueter par ces chiens s’il ne s’était pas interposé. Il m’a ensuite pris avec lui, m’a soigné et offert une chambre. Tout commencé bien… Pourtant, il a fallut qu’il se dévoile, un homme froid, autoritaire, buveur de sang et pervers…
Je ne comprends pas comment on a peut arriver à ça… J’ai été… excité par cet homme alors qu’il me mordait et que je voulais mourir…

Je suis tiré de mes pensées par une voix doucement et calme…


« J’obéirais Maître, mais lui veut-il de mon aide ? »

Je lève la tête et me rends compte que c’est l’esclave du seigneur Tsuki qui vient de prendre la parole. Il me rappelle quelqu’un… Peut être un esclave de mon frère, je ne sais pas… Je suis un peu perdu dans mes réflexions pour me concentrer sur les détails…
J’avale ma salive et me redresse un peu.


-De l’aide… Je… L’homme qui m’a « acheté » est violent, froid… Il me veut simplement que pour mon sang, impur, et mon cul… Crois-tu que tu peux m’aider ?!
Je ne pense pas que tu le peux… Je n’ai jamais eu d’esclave, ce n’étais pas permis, mais je sais reconnaître ceux qui ont eu une vie « douce »… Tu as toujours vécu sans te soucier si tu allais manger le soir, si tu aurais un lit douillé. Ton maître ne t’a jamais battu alors que le mien m’a montré sa violence en quelques minutes.


Je crache ces mots. Un esclave, un esclave me propose son aide et puis quoi encore ! Il ne sait rien, il se connaitra jamais ce que j’ai enduré : la douleur d’être seul, la honte de devoir se battre comme un chien, être enlevé à tout lien avec son ancienne vie, être obligé de se soumettre sans comprendre ce qu’il se passe…
Et puis… je me rends compte que ma rage est envoyée contre un simple garçon qui me tend sa main sans me juger. Je baisse les yeux, honteux de mes paroles.


-Que peux-tu donc pour moi ? … Le statut d’esclave ne s’apprend pas, si ? Et puis… Je suis comme mon frère, un lion qu’on ne peut soumettre aussi facilement, je ne peux pas être muselé ni attaché à une laisse… le seigneur Héphaïstion n’a jamais réussit cet exploit auprès d’Alexandre alors comme ferait cet homme avec moi ?
Je n’ai jamais rien eu à moi, appart mes rêves de familles et d’amour. Il veut tout me prendre pour que je sois entièrement dévoué à son bien être…


Je relève la tête vers ce mignon si naïf à beaucoup de chose. Mes yeux croisent les siens.

-J’ai une âme, un esprit qui possède la faculté de ressentir des choses, des sentiments… Je refuse de perdre ça. C’est la seule chose qui me reste… Je refuse de tout devoir lui sacrifier pour son simple plaisir. Que vais-je y gagner après tout ?

Je le défi du regard, curieux de savoir ce qu’il peut m’offrir comme aide, lui qui a toujours vécu bien au chaud, la pense remplie, dans le palais de son altesse Monsieur Je-suis-le-plus-grand-roi-du-monde, au fin fond du lit royal…
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Ikedori Dorei
humain qui sait où est sa place....

Hors ligne

Inscrit le: 26 Jan 2008
Messages: 18
Humain de :: tsuki akuryou

MessagePosté le: Mer 22 Avr - 22:04 (2009)    Sujet du message: Rencontre inattendue et mauvais souvenir Répondre en citant

Je regarde mon maître s’éloigner de nous. Je me sens presque abandonné, pourtant en voyant son attitude, il est là fier, le regard droit et attentif, une pensée me traverse. Il veille sur nous, il nous protège de ses semblables.
 
Je me perds dans la contemplation de cet homme. Oui un homme presque comme moi, car maintenant je sais que par moment il est plus humain que certain d’entre nous.
Comme s’il sentait mon regard sur lui, il se retourne et avec son sourire et ses yeux calmes, il me donne son soutient.
 
Je sens en moi monter le désir de lui, de son contact, de sa morsure… mais ce n’est ni le moment ni l’endroit. Je lui souris avec humilité et sur un soupir je me détourne de lui.
 
Je reporte mon attention sur Dymnos. Je m’installe aussi confortablement que possible contre un arbre. Je cherche un peu ce que je pourrais lui dire.
Devant son expression butée, je me rends compte qu’il faut, pour son bien, que j’arrive à le raisonner.
 
Je le regarde dans les yeux et lui demande :
 
«  Tu crois qu’être esclave du roi est plus facile que d’être un de ses soldats ? Moi je te réponds NON ! Surtout avec ce Roi là ! Il avait plus de considération pour son cheval que pour les hommes qu’il entraînait avec lui. »
 
Je suis moins calme, ma voix tremble de colère mais aussi de peur, des mauvais souvenirs remontent à la surface. Je secoue la tête pour les chasser et pour me ramener au présent je jète un œil sur le dos rassurant de mon maître.
Je reste perdu dans la vision de Lui, je me détends et me calme grâce à sa simple présence.
 
Je reviens à Dymnos qui me regarde un peu perdu lui aussi. Je reprends une grande respiration et lance :
 
«  Laissons le passé où il est ! Le temps de Babylone est bien fini ! »
 
Mes mots meurent dans le silence qui suit, je ne sais pas s’il est d’accord pour avancer enfin… surtout dans ce monde loin de tout ce que nous connaissons.
 
«  En fait je ne sais pas vraiment quoi te dire. Être esclave je n’ais connu que ça. Je le suis depuis ma dixième année… je ne sais pas ce que ressent un homme libre dans ta situation. En plus tu étais un soldat, un bon soldat puisque tu étais dans le corps d’élite de son armée… »
 
Je me penche sur mes souvenirs, sur mon arrivée ici. Je me rappelle la peur lors de la première morsure et maintenant je l’attends avec plaisir et avec l’envie d’aller plus loin.
Je plonge mon regard dans le sien, je veux qu’il voie que je suis sincère et je me lance :
 
« Je ne connais pas d’autre Kurayamis que le mien, donc je ne peux parler que de ma propre expérience. Je ne sais pas si ton maître t’a déjà mordu pour ce nourrir ?
Je me rappelle ma première fois, la panique, le froid, la peur, l’envie de beaucoup plus… tout se mélangeait en moi, j’étais si effrayé… alors que maintenant je l’attends tellement cette morsure qu’il m’arrive de la provoquer… »
 
Je me tais et le laisse réfléchir un instant et je reprends :
 
« Oui, maintenant j’espère sentir ce pincement quand ses crocs percent ma chair. J’espère après ses bras autour de moi qui me soutiennent, ses lèvres qui se réchauffent au fur et à mesure qu’il boit mon sang. Mais j’espère aussi …. »
 
Je me tais, je rougis, je baisse les yeux, je tords mes doigts. Devant son air interrogatif je souris gentiment, je rougis de gêne et murmure, après un coup d’œil vers maître Tsuki.
 
« Tu sais j’ai beau avoir été l’esclave personnel d’Alexandre. Jamais il ne m’a touché ou laissé quelqu’un m’approcher de cette façon… tu… vois… de quoi je parle ? »
 
D’un hochement de tête il me fait comprendre que oui il sait de quoi je parle. Je suis écarlate, je respire un grand coup et continue mon histoire :
 
« Je suis vierge, pourtant avec Maître Tsuki je voudrais ne plus l’être. Je crois que c’est l’un des effets de la morsure. Mais la première fois j’ai paniqué quand j’ai senti monter en moi cette envie de ne faire plus qu’un avec lui. C’est seulement devant ma peur et après une explication simple et franche qu’il a accepté de réfréner ses sentiments et ses envies. Maintenant que je le connais mieux j’aimerais aller plus loin… »
 
Je laisse un silence s’installer entre nous. Puis je reprends d’une voix plus curieuse :
 
«  As-tu seulement laissé une chance à ton Maître avant de t’enfuir ? Tu sais que tu risques gros en plus d’une sévère punition en rentrant chez Lui. »
 
Alors qu’il réfléchit à son attitude, ma voix, plus calme, s’élève dans la fraîcheur de cette après-midi :
 
« Tu sais, tu as eut de la chance de tomber sur nous, enfin surtout sur maître Tsuki !
Nous avons discuté ensemble Maître et moi. D’après ce que j’ai compris ce sont des êtres très seuls. Je crois aussi que c’est le fait que nous, humain, soyons plus faibles qu’eux et surtout si mortel qui les attire vers nous. »
 
Je rajoute comme si ce n’était qu’un détail :
 
«  Enfin en plus de notre sang… »
 
J’essaie de tout mon cœur, de toute ma conviction, de  lui faire comprendre mon point de vue :
 
« J’ai l’impression que c’est notre faiblesse mais aussi notre faculté d’adaptation, où notre esprit de rébellion si prononcé, chez les humains, qui éveillent chez eux de l’amusement ou comme chez mon Maître un besoin de protection envers nous.
Vu ce que j’ai appris les Kurayamis sont tous pratiquement de même puissance. Qui aurait envie de protéger un être capable de vous égorger en un seul coup de dents ? »
 
Je hausse les épaules comme si tout cela n’avait pas d’importance, et comme si c’était une évidence je rajoute :
 
«  Tu sais, ici aussi il y en a des bons et des méchants. Autre chose tant que ton Maître ne t’a pas vraiment marqué comme sien, tu es en danger avec d’autres Kurayamis et même marqué le danger existe toujours, aussi il est vraiment plus prudent de ne sortir qu’avec ton Maître. Heureusement que maître Tsuki t’a reconnu sinon je ne sais pas ce qu’il te serait arrivé… »
 
Je reste un moment silencieux, je le laisse appréhender tous les risques qu’il a couru en se sauvant ainsi de chez son Seigneur. Une fois encore, je me perds dans la vision de mon propriétaire et soupire après ses bras autour de ma taille.
 
Je baisse les yeux et reprends mon monologue :
 
« Tu sais je crois que le plus souvent ils commencent par nous voir comme de la nourriture, mais au fur et à mesure qu’ils nous découvrent il y a des sentiments qui viennent se greffer là dessus. Par moment Maître Tsuki me fait penser soit à un père qui guide son enfant, soit à un grand frère qui entraîne son petit frère dans les pires bêtises, soit à un amant dont le regard allume un feu dans mes veines et je ne pense plus qu’à me blottir contre lui… »
 
Je ferme les yeux un instant et me perds dans mes sentiments pour mon maître.
Je replonge dans les yeux de Dymnos et reprends encore une fois d’un ton convaincu :
 
« Je suis sur que si tu laisses une chance à ton Maître tu pourras trouver auprès de lui tout ce que tu cherches depuis longtemps : une famille !
Tu n’as plus rien à perdre sauf ta vie… et si tu tiens à ta peau soumet toi !
Tu connais pratiquement tout de la vie d’un esclave ici :
Obéir ? : En tant que soldat tu as appris à le faire.
Donner ton sang ? : Là-bas aussi tu le donnais à chaque bataille et tu risquais plus que sous les crocs de ton Maître.
Donner ton corps ? : Si ton maître est comme le mien, il t’accompagnera au lieu de te forcer et tu découvriras le  plaisir partagé. 
Ton Maître peut tout être pour toi, si tu lui en laisse la chance et si tu t’ouvres à lui. »
 
Je me tais et analyse ce que je viens de dire, je me rends compte que c’est vrai j’ai trouvé tout ça auprès de mon Maître.
 
Je me laisse aller à la rêverie un petit moment. Quand je sens quelqu’un se glisser derrière moi, deux bras fort et doux m’entourent et des lèvres viennent se perdrent dans mon cou. Je tourne la tête et lui offre l’accès à ma peau.
 
Je n’ais pas besoin de plus pour le reconnaître, je suis dans les bras de mon souverain.
Comme à chaque fois je fonds sous ses baisers. Il murmure à mon oreille et je lui réponds en chuchotant :
 
« Oui maître Tsuki ! Je lui ai dit tout ce que je pouvais ou savais. Maintenant c’est à Dymnos de faire le bon choix. »
 
Il murmure encore une fois et m’aide à me relever. Je reste encore un peu blottit dans ses bras. Je regarde alors Dymnos encore assis, il est perdu dans ses pensées. Je pose ma main sur son épaule avec douceur et lui dis gentiment :
 
«  Viens le Maître t’invite à la maison. Il te raccompagnera après le repas pour être sur que tu arrive entier chez toi. Et non ! Ce n’est pas pour te surveiller mais pour ta sécurité ! Une fois la nuit tombée, il n’est pas bon pour un humain de traîner dans les rues… sans… protection »
 
Je me détourne de lui et reprends ma place dans les bras de mon suzerain. Avant de nous mettre en route je regarde le paysage, il est vrai que ce parc est beau, j’aimerais y revenir seul avec Tsuki… euh ! Maître Tsuki. Je souris de mon envie et me pelotonne contre son torse. Je suis bien.
 
Mais toutes choses ayant une fin, Dymnos est prêt à partir, Maître le prend par la main et passe son bras autour de ma taille et me tient contre lui. A-t-il sentit que j’avais besoin de son contact pour calmer ma jalousie de le voir s’occuper d’un autre que moi ?
 
J’essaie de me raisonner, un esclave n’a pas être jaloux de son maître, mais avec Lui tout ce que je ressens est si fort…
 
Je me colle à lui et marche vers la maison.
_________________
Revenir en haut
Tsuki Akuryou
Kurayami

Hors ligne

Inscrit le: 19 Jan 2008
Messages: 28
Localisation: Dans les bras d'un ange...
Métier: en TL
Vampire de :: Ikedori
Humain de :: J'ai plutôt l'air d'

MessagePosté le: Lun 29 Juin - 19:51 (2009)    Sujet du message: Rencontre inattendue et mauvais souvenir Répondre en citant

Je pense qu’Ikedori lui a vraiment tout dit. Mon regard se pose sur mon esclave, je le remercie avec un sourire puis j’observe le jeune Dymnos. Il a l’air troublé mais je sens qu’il se fait petit à petit à l’idée. J’attends un instant, mon bel humain contre mon torse. Puis je me lève, entrainant Ikedori avec moi et invitant Dymnos à faire de même. Une fois qu’on est relevé, je prends délicatement la main du jeune macédonien et mon bras s’enroule autour de la taille fine de mon ange. Nous nous mettons en route lentement.
 

Une fois sortis du parc, Dymnos se reprend peu à peu et finit par me lâcher la main. Je le regarde amusé. Nous croisons à plusieurs autres vampires et sang-purs, Dymnos les observe apeuré même s’il sait que je serais toujours là pour le protéger au cas où. Nous arrivons enfin dans mon quartier. Je resserre doucement mon étreinte autour du corps de mon amour. Je presse sans le vouloir le pas, sans remarquer que Dymnos à ralentit. Je me rends compte de ce geste anormal que lorsque je tourne pour traverser la rue.
 

Le jeune macédonien s’est arrêté devant un grand manoir. Je l’observe un moment avant de comprendre la raison de cet arrêt. Je soupire avant de revenir sur nos pas, toujours avec Ikedori contre moi.
 

-Dymnos, tu passeras la nuit chez moi et demain je te ramènerais. Viens.
 

-Non, je dois rentrer… Si un jour vous revoyez mon frère… Dites lui que je… Enfin, expliquez lui… et dites lui qu’il restera toujours mon frère.
 

-Es-tu sur de toi ?
 

-Oui, votre esclave a eu les mots justes. Je vais mettre ma fierté de côté et me soumettre un peu plus… Adieu, Seigneur Tsuki. Adieu et merci à toi Ikedori.
 

Je tends le bras pour le retenir mais il passe déjà la haute grille, seuls mes doigts l’ont effleuré. Nous l’observons jusqu’à ce qu’il rentre dans le manoir puis j’embrasse Ikedori sur la tempe, comme pour me rassurer de l’avenir de petit frère d’Alexandre. Après un instant, je me tourne légèrement vers mon ange. Je souris en repensant à sa jalousie.
 

-Et bien… espérons que Dymnos s’en sorte… Nous sommes tout près de la maison, rentrons.
 

Je caresse sa joue puis nous repartons vers le manoir. Je ne peux m’empêcher de faire glisser ma main sur sa hanche pendant le chemin. Ses paroles m’ont beaucoup touché, nous avons tous les deux envie l’un de l’autre mais je sais bien qu’il a besoin de temps pour passer le pas. Je soupire discrètement, il va falloir que je freine mes ardeurs…
 

De retour dans notre manoir, j’aide Ikedori à ôter son long manteau puis je le mène dans le petit salon. Je m’assis sur le canapé puis tire mon ange vers moi, pour qu’il s’asseye à mes côtés. Une fois posé près de moi, je l’enlace avant de l’embrasser sur la tempe.
 

-C’est vrai que tu as bien parlé. Ca m’a touché. Je t’aime, je te désire… mais nous irons à ton rythme, promis.
 

Nous restons un long moment l’un contre l’autre, sans rien dire de vraiment très intéressant. Puis je lève délicatement son manteau pour observer son visage si fin et adorable. Je l’embrasse tendrement en caressant sa joue tendre.
 

-Mon ange, mon précieux petit amour… tes lèvres sont comme un minuscule cœur que j’aimerais dévorer. Le jour où tu poseras les mains sur mon corps sans aucune gêne sera pour moi, le jour le plus beau de toute ma longue vie. Quand tu seras assez farouche pour m’accompagner dans le plaisir charnel, je serais l’homme le plus heureux de l’univers… Mon si bel ange, si tu savais comme je t’aime. Aucun mot ne pourrait traduire ce que je ressens pour toi. Comme je hais Alexandre de t’avoir gardé aussi longtemps loin de moi.
 

(peut pas mieux faire... Je meurs sous la chaleur.... T-T)

(Tu réponds a la maison?)
_________________
o°O°o°Oo°O°o°O°o°O°o°Oo°O°o°O

Si tu veux éviter la douleur, ne possède rien dont la perte puisse t'afliger...

Ose faire du mal à mon humain et je te tue. Est-ce clair?

o°O°o°Oo°O°o°O°o°O°o°Oo°O°o°O
Revenir en haut
MSN
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 11:32 (2018)    Sujet du message: Rencontre inattendue et mauvais souvenir

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Ken'kestu : Sekai in'ki . la capitale -> Quartier Hito -> Le square Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
©2002 Xvblack Template  crée par < Mario
Powered by phpBB © 2001, 2018 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com