:: Sur un pont, au clair de lune... •2• [PV Uriel]
  -  


 Index du Forum


 Se connecter pour vérifier ses messages privés 

 FAQ   Rechercher   Membres 

 Profil         Connexion 
 
Sur un pont, au clair de lune... •2• [PV Uriel]

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> La terre -> La renaissance -> De l'an 1600 à 1699
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Elysi Riyu
Un petit Ange de douceur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 55
Métier: Prostitué, Geisha
Humain de :: Uriel Ruthven ??

MessagePosté le: Dim 26 Oct - 09:30 (2008)    Sujet du message: Sur un pont, au clair de lune... •2• [PV Uriel] Répondre en citant

1630 - Territoire du Kanto au Japon.

Quatre mois et demi maintenant depuis que le jeune Elysi était rentré au service du Général Kondo. Homme bourru, pas toujours agréable, mais qui avait de l'influence grâce à son statut haut placé dans l'armée, il était assez influent pour ordonner la recherche d'un adolescent qu'il n'avait rencontré qu'une fois, alors que celui-ci travaillait au service de la famille Otori. Le général n'avait pas eu l'occasion de parler à Elysi cette fois-là, mais son goût pour les jeunes garçons avait eu comme conséquence qu'il s'était mis en tête de le posséder un jour, d'une façon ou d'une autre. Une tâche pas des plus faciles : le Clan Otori était réputé pour la violence et le grain de folie de ceux qui en faisait partie... il aurait été inimaginable de leur proposer un prix destiné à l'achat de l'une de leur "possession" sans risquer de se faire menacer d'un sabre bien aiguisé.

Pourtant, la chance tourna en faveur du général... il était parvenu à ses oreilles qu'un des garçons de cette famille avait disparu une nuit, sans que personne ne sache où il avait bien pu aller. Certains avaient pensé qu'il s'était enfui pour échapper à son "maître". D'autres qu'il avait sans doute été tué par mégarde, lors d'un jour de folie de son propriétaire. Que ce soit l'une ou l'autre de ces hypothèses, elles pouvaient être valables, mais Kondo avait espéré sans vraiment d'assurance que l'adolescent qui attirait sa convoitise ai choisi la fuite. C'est ainsi qu'il avait payé des hommes, monnaie comptante, pour partir à sa recherche... Quelques semaines plus tard, ils retrouvèrent enfin la trace d'Elysi. Celui-ci travaillait en tant que jeune Geisha au service d'une Okiya réputée de la ville.

Le garçon avait d'abord été "testé" par la propriétaire de l'Okiya, qui l'avait employé comme prostitué destiné à divertir les clients avant que les véritables Geisha n'entrent en scène. Un comportement normal à cette époque où les garçons même légèrement efféminés ne pouvaient pas travailler à un niveau plus élevé dans ce genre de demeure : un travail réservé aux femmes habituellement. Mais, lorsque la jeune japonaise qui faisait fortune à la tête de cet établissement de détente se trouva un Dana (= équivalent d'un protecteur et amant qui l'entretient) pour s'occuper d'elle, l'établissement dû se trouver une nouvelle recrue pour la remplacer. Or Elysi avait déjà appris parfaitement tout ce qu'il devait savoir pour le devenir, depuis son jeune âge il avait appris à servir et il était indéniable qu'il semblait beaucoup plaire aux clients, les satisfaisant pleinement malgré qu'il soit un garçon. La "Mère" de l'Okiya décida donc qu'il prendrait la place libre à la suite de l'apprentie Geisha remplaçante. Il était ainsi devenu à son tour "seconde Geisha", destiné aux clients mais également à satisfaire tout ce que la "première" lui demanderait... l'habiller, la maquiller, ranger sa chambre et nettoyer ses vêtements, aller faire ses courses, etc. Cette vie ne dura pourtant pas longtemps et le Général Kondo proposa une forte somme à la gérante de l'Okiya, qui accepta bon gré mal gré de lui revendre le garçon. Après tout, elle trouverait bien une jeune fille pour le remplacer avec l'argent récolté.

L'existence près de cet homme rude et peu délicat, n'était pas des plus plaisantes malheureusement : Elysi devait satisfaire le moindre de ses désirs, qu'il en ai envie ou non, et il s'occupait également de l'entretien de la maison lorsque l'homme s'absentait. C'était bien loin de la vie de Geisha dont la plupart des jeunes filles rêvent même si, pour faire bonne figure, Kondo envoyait régulièrement une petite somme d'argent à l'Okiya... sorte de redevance pour donner l'illusion qu'il entretenait le garçon comme un Dana le ferait. Mais l'objet de son désir était plus traité comme un esclave ou un domestique, accessoirement utile lorsqu'il se laissait déshabiller sans rechigner et écartait les cuisses bien sagement. Une vie plus difficile que celle qu'il avait connu auparavant... Lassé de ces journées et de ces nuits toutes semblables aux autres, et bien qu'il soit toujours adorable et doux selon sa nature, le jeune adolescent avait pris l'habitude de s'échapper à la nuit tombée lorsque que le général dormait, pour explorer les rues de la ville et ses alentours, simplement éclairés par le clair de lune. Ces excursions nocturnes étaient devenues son petit havre de paix où il se sentait libéré et pouvait presque faire ce qu'il voulait. Il en profitait généralement pour aller marcher dans l'herbe le long de la rivière qui longeait la ville, pieds nus avec ses soques en bois à la main, jusqu'à un petit pont courbé au dessus de l'eau.

Ce soir-là, Elysi s'y rendit une fois encore en silence, jusqu'à venir s'accouder à la barrière pour observer les reflets de la lune sur l'eau noire qui ondulait sous ses pieds. Durant le jour, cet endroit était assez fréquenté par tout le monde, mais la nuit venue, il devenait son petit lieu secret, à lui seul, où le parfum des orchidées humides longeant la berge flottait dans l'air en lui rappelant "cette nuit-là"... La nuit où il avait pu voir "quelque chose", une chose qui lui avait laissé deux petits trous saignant à son cou et qui, sans qu'il sache pourquoi, avait effacé une bonne partie de sa mémoire. Il ne se rappelait donc pas ce qui s'était passé ce soir-là, ni les années d'avant. Une vie humaine disparue dans le néant de son esprit. Mais ce qui lui restait était comme une impression floue et mélancolique dont chaque nuit il essayait de se souvenir en venant ici à l'insu de tous. Elysi ne savait pas si la chose qui l'avait mordu cette fois-là était bénéfique ou maléfique, mais il espérait inconsciemment la revoir pour enfin comprendre ce qu'il s'était passé et peut-être, qui sait, échapper à la vie monotone qu'il avait maintenant.

Alors qu'il songeait à tout cela, se remémorant ce qui lui restait de souvenir dans sa courte vie de petit humain, un bruit se fit entendre un peu en amont du pont, derrière les buissons qui annonçaient le début d'un bout de forêt sombre dans lequel les gens s'aventuraient rarement la nuit. Elysi sursauta et se retourna vers l'origine du son étouffé par l'obscurité... il n'y voyait rien dans cette pénombre, distinguant à peine quelques feuilles des buissons à la lumière de la lune. Son cœur battant rapidement, il fit tout juste quelques pas dans cette direction en inclinant doucement la tête de côté pour essayer de voir, marchant sur la pointe des pieds dans son kimono normalement violet clair mais qui semblait gris dans le noir.


"... Il... il y a quelqu'un?"

_________________
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 26 Oct - 09:30 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Uriel Ruthven
Kurayami glacial et insensible

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juil 2008
Messages: 36
Localisation: ici-bas
Vampire de :: Yuushuu Mugen' et El

MessagePosté le: Lun 29 Déc - 16:34 (2008)    Sujet du message: Sur un pont, au clair de lune... •2• [PV Uriel] Répondre en citant

Il s’ennuyait ferme, il avait besoin d’un peu de mouvement. Cela faisait un moment qu’il avait un autre esclave, avec qui il prenait tout son temps pour l’amadouer. Jamais auparavant il avait eu ce genre de patience avec un humain. Mais celui-ci avait quelque chose de spécial.
Pour le moment, il avait une certaine soif de divertissement … Et pas n’importe lequel. Un humain, certes, un mignon, agréable, et avec des prédispositions pour le contenter.

Uriel posa ses doigts sur son menton tout en réfléchissant. Assis dans son grand fauteuil près de la cheminée, il pensait très fort à ce qui pourrait lui convenir. Passer dans l’interstice, oui cela va de soit, mais ou et surtout quand. Il n’y avait qu’un seul moyen de le savoir … Le miroir, lui seul pourra lui donne une réponse.
Ruthven se leva lentement, et se tourna vers l’objet qui était toujours dans cette pièce, celle qu’il préférait. Le miroir n’était pas large mais haut, bordé de dorure, ciselé avec finesse. Il s’approcha de lui, posa la main sur la paroi froide de la glace. Des images défilèrent à l’intérieur, quelques visages se présentèrent, mais Uriel les effaça de sa main. Ils n’étaient pas à la hauteur de ses espérances. Il fronça les sourcils, il n’y en avait bien un sur cette foutue terre qui pourrait faire l’affaire. Ce monde en regorgeait, il en était certain pour y avoir fait ces courses pendant des siècles.
Soudain, un seul visage se présenta. Jeune, l’air asiatique, fin ou plutôt assez svelte, avec une douce apparence. Oui, charmant tableau, pensa-t-il, seul dans la nuit, sur un pont. L’image était attendrissante, l’esseulé n’allait pas tarder à être rejoins.

-Voilà ce qu’il me faut …

Uriel Ruthven sortit de la maison et s’engagea dans l’interstice aidé par ses longues ailes noires. Il aimait beaucoup ce moment, l’instant ou il devait ramener sa proie avec lui, dans son monde. Il vit qu’il passait plusieurs années voir siècles de l’espèce humaines. Ainsi donc celui-ci vivait à une époque très ancienne. Il posa un pied sur le sol étranger, puis le deuxième, il sut qu’il était arrivé au 15ème siècle de l’air du Japon. Bien, il aimait bien cette époque, elle foisonnait de faits et d’actes riches dans ce pays. Nombreuses périodes du Japon étaient forts intéressantes, pour y avoir été dans le passé.
Mais ce n’était pas cette visite qu’il devait faire, non il avait un cadeau à se faire, pour lui-même. Il parcouru la distance qui le séparait de l’humain de son choix. Il resta un moment à le regarder, Uriel n’était pas pressé, il aimait prendre son temps, par amusement. Quand il vit ce jeune humain se retourner vers sa cachette il sut que c’était le moment de faire connaissance. L’humain s’approcha regarda dans sa direction comme s’il le voyait. Son visage apparu nettement aux yeux du Kurayami, il était plus généreux que dans le miroir. Tout cela était de bons augures pour la suite.

"... Il... il y a quelqu'un?"

Mais bien sur qu’il y avait quelqu’un, une personne qui va venir le chercher et surtout l’emmené, pour son bien ou non.
Uriel écarta les feuilles qui cachaient sa figure, et vint vers l’être qui aurait le loisir de choyer à sa manière. Le jeune homme était si menu, plus petit encore de près, il avait l’impression qu’il l’écrasait de sa hauteur. Seulement, Uriel ne pensait qu’à une chose, la réaction de son jeune vis-à-vis.

-Bonsoir mon jeune ami. J’espère que je ne vous ai pas trop effrayé. Je me nomme Uriel Ruthven, je suis un Kurayami. Désolé de vous le dire si promptement, mais je suis venu vous emmené avec moi, et ce, maintenant.

Uriel n’attendit pas la réponse. Il savait de source sur qu’il ne serait pas d’accord. Comme beaucoup avant lui. C’est pour cela qu’il ne prenait plus le temps de la réponse. Uriel le prit dans ses bras, il semblait si léger, une petite plume si délicate, il aurait tout le loisir d’en faire les clartés. Il ouvrit ses ailes noires et repartit en sens inverse. Une fois dans son monde, l’humain ne pourrait plus s’enfuir sans lui, c’était impossible. Le choix, il ne l’avait pas non plus, donc peu importe à présent ses cris, ses débats ou ses injures dans ses bras.
Arrivé à destination, il ne le lâcha pas pour autant, le menant jusqu’à son manoir. La porte s’ouvrit sur un domestique humain, lui aussi, il entra et se dirigea vers son salon privé. Déposant son fardeau doucement sur le moelleux canapé, il le toisa de sa hauteur.

-Bienvenue dans ma demeure, jeune humain. Je crois qu’il est tant de faire les présentations comme il se doit. Tu es ici chez toi, tu es désormais à mon service. Sache déjà, que ta terre ne sera plus qu’un souvenir. Je ne crois pas que tu y retourneras un jour. Tes questions seront pour après. Comment te nomme-t-on ?
_________________
Revenir en haut
Elysi Riyu
Un petit Ange de douceur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 55
Métier: Prostitué, Geisha
Humain de :: Uriel Ruthven ??

MessagePosté le: Sam 24 Jan - 18:33 (2009)    Sujet du message: Sur un pont, au clair de lune... •2• [PV Uriel] Répondre en citant

Debout sur l'extrémité du ponton, Elysi continuait de fixer l'obscurité sans ciller de ses yeux gris-violet, essayant de percevoir ce qui avait pu faire le léger bruit qui l'avait sortit de ses pensées. Il n'était pas spécialement peureux sinon il ne sortirait pas seul tous les soirs ainsi, mais pas spécialement courageux non plus... de manière générale face à l'inconnu il parvenait à rester neutre tant qu'il ne savait pas de quoi il retournait. Mais il fallait bien avouer que là, seul face à cette forêt sombre qui masquait les lumières des habitations quelques dizaines de mètres plus loin, il n'était pas très rassuré. La lumière de la lune ne lui permettait pas encore de distinguer quoi que ce soit dans l'ombre mais il sentait intérieurement qu'il y avait quelqu'un, que ce n'était pas un simple animal qui se cachait là... peut-être un homme qui l'avait suivit?

Cela lui était déjà arrivé une fois, un ami militaire du Général Kondo qui était venu passer une nuit chez eux lors d'une permission. Le général et lui étaient très proches depuis leur service à l'armée et les deux hommes avaient passé la nuit à boire du sake jusqu'à tomber écroulés sur les tatamis de la salle principale. Elysi, qui avait passé la soirée à faire le service en leur servant à boire, s'était alors occupé de tout ranger silencieusement pour ne pas les déranger, avant de décider de sortir pour se rendre sur le petit pont comme à son habitude. Mais l'ami de Kondo s'était éveillé encore titubant d'alcool, pour le suivre par curiosité, et il avait finit par lui tomber dessus près de la forêt. Le garçon pris par surprise lui avait demandé s'il pouvait ne rien dire à son "maître" pour ne pas qu'il se fasse punir d'être sortit la nuit sans prévenir... l'homme avait accepté contre le paiement en nature de son silence, Elysi avait accepté... se donner une fois de plus ou de moins ne changerait pas grand chose à son existence. Et l'autre était reparti le lendemain, rassasié de l'alcool et du plaisir, sans avoir rien raconté.

Depuis l'adolescent avait toujours fait attention à ne pas être suivit mais bien sûr, si ses sens humains étaient assez bons pour se défier d'un homme normal, il ne lui étaient par contre pas d'une grande efficacité face à un être "surnaturel" et pas une seule fois il ne s'était senti vraiment observé ces derniers temps. Du coup même s'il espérait secrètement chaque nuit qu'il allait revoir cette "chose" qu'il avait rencontré quelques mois plus tôt, il ne s'imaginait pas du tout que ce serait le cas ce soir... C'est donc doucement qu'il s'était avancé de quelques pas, tenant ses chaussures en bois de sa main droite, la gauche posée sur la rambarde du ponton. Il distingua alors deux iris brillants dans le noir, presque comme ceux d'un loup sortant de l'obscurité... il n'était pas très fréquent d'en croiser car ces animaux se cachaient plus dans la montagne, mais il arrivait qu'ils s'approchent des habitations lorsqu'ils étaient affamés.

Mais non ce n'était pas un loup... ses yeux étaient plus hauts et une étrange chevelure sombre brillait sous la lune, suivit du reste de ce qui formait leur propriétaire. Elysi sentit son coeur battre plus vite devant cette vision peu ordinaire, il ne se rappelait pas avoir déjà vu cet homme dans les parages et en plus du fait que celui-ci ne portait absolument pas le kimono traditionnel des gens du coin, il y avait quelque chose qui lui semblait bizarre en lui... mais le garçon n'arrivait pas à savoir quoi. Ah si... peut-être ce regard sûr de lui, sûr de ce qui allait se produire comme s'il savait déjà que quelques soient ses réactions, il obtiendrait ce qu'il voulait... c'en était presque effrayant. L'adolescent n'eut pas de mouvement de recul pourtant, ce n'était pas correct de s'enfuir comme ça - aussi stupide cela soit-il - et puis les tous premiers mots de l'homme lui firent penser à une sorte de simple salutation, tout à fait normale avec ce "bonsoir mon jeune ami".

... C'était sans compter sur la suite de sa phrase. Pourtant, d'abord surpris mais finalement rassuré de voir que l'inconnu semblait bien être un homme et non un démon de la forêt -comme les vieilles femmes de la ville en contaient souvent les histoires pour faire peur aux enfants- Elysi se détendit tout en fixant son regard sur le visage de cet homme étrange qui lui dit se nommer Uriel et avait l'air de vouloir le taquiner un peu... en lui racontant cet histoire de... de quoi déjà? Ah oui, de "Kurayamis"... le garçon ne savait absolument pas de quoi il pouvait bien s'agir, mais il avait l'habitude de ce genre de douce moquerie que les hommes avaient souvent employées avec lui lorsqu'il travaillait à l'Okiya et il s'apprêtait donc à y répondre par un petit sourire poli, empli de sa douceur naturelle en s'inclinant légèrement avec ses mains jointes devant lui comme aurait pu le faire une jeune fille. Après tout, il était dans sa nature d'être aimable et doux avec tout le monde, même les personnes qu'il ne connaissait pas, il avait été éduqué pour être ainsi... sauf qu'il n'en eut pas l'occasion du tout et qu'avec sa naïveté il venait seulement de réaliser ce que les paroles de l'homme impliquaient pour lui.


"Me... m'emmener mais...?!"

Une petite chose fragile écrasée par la stature de cet homme qui le prit dans ses bras malgré une faible protestation de surprise... et un cri étouffé de frayeur à la vue des immenses ailes noires qui se déployèrent derrière lui. Un monstre? Non... un démon... il était en train de se faire enlever par un démon!... par un... Kurayamis? C'était ce qu'il avait dit, alors c'était vrai?! L'adolescent remua comme il pouvait dans cette étreinte ferme qui ne lui laissait aucun choix, ses mains fines s'agrippant au vêtements de cet... de cette créature pour essayer vainement de le repousser. Il ne criait pas, et l'injuriait encore moins... ça n'était pas dans ses habitudes non plus, il avait été trop bien éduqué pour ça toutes ces années. Par contre il le suppliait dans ses mots à lui de le relâcher, de le laisser partir et rentrer chez lui, aussi sordide sa vie soit-elle!... Jusqu'à ce que ses yeux effrayés prennent véritablement connaissance du vide sombre et glacial qui les entouraient dans ce vol étrange.

Un hoquet de frayeur le fit se taire pour de bon, et plutôt que de repousser ce démon il s'agrippa encore plus fort à lui, de peur de tomber de ses bras! Ses yeux d'abord écarquillés se fermèrent avec force pour ne plus voir le vide et il enfouit son visage contre le buste de l'homme -si c'était bien un homme malgré tout- avec un gémissement de peur. Elysi ne voulait plus avoir conscience de rien du tout, il ne voyait plus et se serait même bouché les oreilles de ses mains... si celles-ci n'étaient pas désespérément occupées à se tenir à Uriel. Il ne réalisait pas véritablement qu'il s'agissait d'un vampire bien entendu. Ses souvenirs effacés de la fameuse nuit où il en avait déjà rencontré un ne lui permettaient pas de comprendre ce qu'il se passait et ce n'est qu'une fois en la demeure de l'homme, sentant le moelleux d'un canapé sous lui, que le garçon rouvrit les yeux en tremblant, pour jeter un regard apeuré autour d'eux...

-Bienvenue dans ma demeure, jeune humain. Je crois qu’il est tant de faire les présentations comme il se doit. Tu es ici chez toi, tu es désormais à mon service. Sache déjà, que ta terre ne sera plus qu’un souvenir. Je ne crois pas que tu y retourneras un jour. Tes questions seront pour après. Comment te nomme-t-on ?

Troublé, l'adolescent finit par détourner son attention du décor étrange pour se fixer sur le visage d'Uriel, pour le moins désemparé. Ce dernier venait de lui poser une question simple, mais la totalité de la situation, si étrange, compliquait tout... Comment le nomme-t-on? Sur... Terre? Mais alors où étaient-ils maintenant s'ils n'étaient plus sur Terre?! Chez ce... démon... il était chez lui aussi, selon ce qu'il disait. Chez lui, vraiment? Mais où encore? Le souffle rendu un peu court pas la peur éprouvée avec tout ça, Elysi ne répondit pas immédiatement, tandis que ses mains s'agrippaient à son kimono pour le triturer inconsciemment. Milles questions lui brûlaient les lèvres mais ce diable venaient de lui dire que ce serait pour plus tard... plus tard... être à son service... comment? Pour faire le ménage? Pour servir de... jouet? Il ne comprenait pas. Tout cela dépassait de loin l'entendement qu'il avait de la vie humaine, de cette vie où pour changer de maître il fallait donner de l'argent et que celui-ci vous achète dans les règles... or là il n'y avait plus aucune règle connue à laquelle il pouvait se raccrocher pour se rassurer.


"... E... Ely... Elysi?... "

Sa petite voix sortit enfin de sa bouche, pas assurée du tout comme s'il doutait maintenant lui-même de son propre nom. Il bredouillait un peu, peinant à se remettre de ce voyage surprise et de sa rencontre subite avec cet inconnu qu'il regardait maintenant avec effarement.... un mélange de peur et de calme qui lui ôtait la moindre envie de crier ou quoi que ce soit. Il ne savait pas quoi faire et attendait juste de pouvoir enfin comprendre le pourquoi de ce cauchemar... il devait dormir, oui ça devait être ça. Encore un de ses rêves où il s'imaginait emporté très loin de chez ce Colonel, pour retrouver la "chose" qui l'avait mordu une fois par le passé en lui volant ses souvenirs. Pourtant il frissonnait, de froid, ou de peur qui sait? Inconsciemment, ses yeux grands ouverts portés sur Uriel, il porta une main à son cou fin, là où pendant longtemps il avait conservé les deux petites cicatrices rondes, marques des crocs presque totalement disparues à présent.

_________________
Revenir en haut
Uriel Ruthven
Kurayami glacial et insensible

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juil 2008
Messages: 36
Localisation: ici-bas
Vampire de :: Yuushuu Mugen' et El

MessagePosté le: Ven 6 Fév - 15:47 (2009)    Sujet du message: Sur un pont, au clair de lune... •2• [PV Uriel] Répondre en citant

Viens ... Viens chez moi mon jeune esclave !!!

C'est ici ^^

http://kenketsu.xooit.com/t275-Entre-dans-mon-entre.htm#p3139
_________________
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 19:41 (2018)    Sujet du message: Sur un pont, au clair de lune... •2• [PV Uriel]

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> La terre -> La renaissance -> De l'an 1600 à 1699 Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
©2002 Xvblack Template  crée par < Mario
Powered by phpBB © 2001, 2018 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com